Un défilé pour le Carnaval 2019 aura lieu à Saint-François en nocturne le 9 février 2019

La coutume du carnaval aux Antilles, fut introduite par les Français catholiques qui voulaient faire la fête avant les restrictions qu’ils s’imposaient pour le carême, mais très vite les Antillais marquèrent de leur empreinte ces festivités en créant des déguisements originaux et des masques rappelant leurs origines africaines et en noyant le tout dans les rythmes du tambour.

Le carnaval était pour les esclaves, l’opportunité de s’amuser, de se changer les idées. Ils en profitèrent pour se moquer des colons, avec des déguisements ressemblant aux habits portés par leurs maîtres.

En Guadeloupe le carnaval n’est pas un spectacle placé sous vitrine payante pour touristes, c’est une fête véritablement populaire qui se vit et qui se danse autant par les participants que par la foule des badauds qui se comptent par milliers. Aussi, laissez-vous envoûter par les rythmes du carnaval, déliez avec vos jambes et plongez dans la marée humaine que le son du Gwo-ka fait onduler dans la ville, c’est certainement la seule façon de vivre le carnaval…

carnaval guadeloupe

 

Le carnaval en Guadeloupe, débute à l’épiphanie pour se terminer le mercredi des cendres.
Les groupes de carnaval se préparent, ces manifestations des semaines avant l’épiphanie. Les costumes sont à l’étude, puis il faut les fabriquer, idem pour les masques et tous les accessoires habituels au carnaval de Guadeloupe.
La Place de la Victoire, au centre de Pointe-à-Pitre, grand rond-point du défilé carnavalesque, est engloutie par une étonnante vague humaine qui gronde et ondule. Les curieux montent à l’assaut des branches de ces arbres impassibles, ils escaladent les réverbères : il faut savoir donner du coude à l’occasion afin d’entrevoir parmi les têtes, les somptueux habits de paillettes colorées de la parade.

L’excitation donne faim et soif, c’est pourquoi l’euphorie gagne également les marchands de beignets, de “Snow-Ball”, de sorbet coco et de boissons fraîches. “Nou kay brulé Vaval !” L’apothéose finale du carnaval se déroule le Mercredi des Cendres, la population s’habille exclusivement de noir et de blanc, et descend dans les rues en demi-deuil, en quelque sorte, pour l’enterrement de Vaval.

Vaval, un pantin de son sur lequel on colle un masque, est condamné le soir au bûcher à la fin de son parcours victorieux. Torches en mains la foule surexcitée la nuit par le spectacle du feu, danse et chante autour de Vaval qui crépite et se consume. Cette scène rappelle en tous points certaines cérémonies vaudous. Ce soir-là, Haïti n’est plus si loin… Vaval se meurt, Vaval est mort, vive Vaval.
Mais plus d’inquiétude à son sujet, Vaval renaîtra de ses cendres l’année suivante, plus victorieux encore, pour le plaisir des yeux et pour un défoulement général, bon enfant, attendu et toujours salutaires dans un pays où les gens ont le sang chaud et où les problèmes ne manquent pas.

villa location guadeloupe

Recevez notre Guide de Bienvenue en Guadeloupe ici

Rejoignez notre Newsletter et recevez notre sélection de nouveautés Touristiques de l'île de la Guadeloupe.

Vous êtes désormais inscris